AMOUR & (dé)CONFINEMENT #3 : La rencontre

AMOUR & (dé)CONFINEMENT #3 : La rencontre

Justine se rongeait les ongles devant son ordinateur. C’était une sale habitude qu’elle avait toujours eue, mais elle ne pouvait tout simplement pas se retenir. C’était plus fort qu’elle. Pourtant elle avait tout essayé, même se peinturlurer les ongles de ce vernis au goût infâme qui était censé l’empêcher d’avoir des knackis au bout des mains. Mais le stress était encore plus puissant que l’envie d’avoir des beaux doigts, fins et délicats. Et là, Justine était au bord de l’arrêt cardiaque.

Dans le fond, elle ne se souvenait pas d’une époque où elle n’avait pas ce naturel nerveux qui la caractérisait tant : il en fallait peu pour la déstabiliser.

À cet instant, elle s’apprêtait à avoir son premier live-date avec S. ou plutôt Sébastien, comme elle venait tout juste de l’apprendre. Elle appréciait bien ce prénom, il lui rappelait son enfance car c’était celui d’un de ses camarades de classe.

En y réfléchissant, elle se mit à ressasser des vieux souvenirs. Le Sébastien de son école primaire avait en fait été un petit monstre… ou plutôt une véritable terreur. Elle se souvenait qu’il n’arrêtait pas de lui piquer ses billes alors qu’elle avait dû battre beaucoup de ses amis pour en accumuler un paquet.

Finalement, ce live-date n’était peut-être pas une bonne idée. Elle commençait à se dire qu’annuler était sûrement possible, même si son rendez-vous débutait techniquement dans 5 minutes. À force de réfléchir et de peser le pour et le contre (une nouvelle fois), elle ne vit plus le temps passer, et se retrouva un peu prise au dépourvu quand s’afficha sur son écran « Démarrer le live-date ».

Maintenant, elle n’avait plus vraiment le choix. Comme c’était prévisible dans une situation pareille, les premiers moments furent d’une gêne extrême. Ils se regardaient, sans savoir réellement quoi dire ou faire. Ils étaient clairement en difficulté.

Justine inspira pour puiser du courage (et elle en avait bien besoin) et décida que c’était son devoir en tant que femme forte et indépendante de faire le premier pas (en vrai, elle ne se serait pas révoltée s’il l’avait fait, mais étant donné qu’il avait l’air encore plus timide qu’elle… ils étaient mal partis).

Elle se racla la gorge, et se lança :

— Bonjour ! Justine enchantée ! Alors... comment ça va ?

Sébastien qui jusqu’ici était un peu figé sur place, un sentiment de malaise l’ayant envahi, eut un regain d’énergie.

Elle souriait, et la voir sourire lui donnait envie de sourire. Sa bonne humeur était contagieuse, même s’il se rendait compte qu’elle était tout aussi mal à l’aise que lui : elle n’arrêtait pas de se triturer les mains nerveusement.

— Bonjour, dit-il. Je m’appelle Sébastien, mais tu le sais déjà. Ça va très bien et toi ?

Et voilà, les premiers mots qu’ils échangèrent, et tous deux se demandaient sincèrement si ce ne serait pas les derniers. Puis, un petit message s’afficha sur leurs écrans… « Comment se passe vos confinements respectifs ? ». Cette aide était la bienvenue et fut très utile ! Durant les 30 minutes qui suivirent, la conversation ne se tarit pas une seule fois. Et les rares moments où ils sentaient que les choses pouvaient de nouveau devenir malaisantes, comme par miracle une nouvelle question arrivait pour relancer le dialogue. En fait, c’était un peu comme un ange gardien ! Toujours là pour leur sauver la mise.

À la fin des 30 premières minutes, ils avaient tous deux une impression de trop peu.

Pour Justine, plus que d’être simplement agréable à regarder, Sébastien s’était révélé être l’exact opposé de cette petite brute qui la martyrisait quand elle était jeune. Il était drôle, gentil, timide au début (comme elle), mais il s’était rapidement détendu. Et surtout, il avait l’air très beau.

Ils avaient parlé de tout et de rien (surtout de rien), et Justine après ce premier live-date n’avait plus qu’une seule idée en tête… recommencer !

Sébastien de son côté était tout aussi étonné que Justine. Certes il avait apprécié son profil, et avait eu un petit coup de cœur, mais il n’y croyait pas vraiment.

Ils continuèrent à discuter ensemble tous les jours suite à ce premier contact, et leurs sentiments se développèrent davantage…

Mais ils n’allaient pas pouvoir éternellement trouver des sujets de conversation virtuels… Et Justine s’inquiétait déjà du moment où la magie se tarirait.

Déja inscrit sur Abricot?

L'app de dating detox

Tu veux recevoir nos dernières news

Inscris-toi à notre Newsletter